Suite à un statut d'un ami sur Facebook, j'ai envie de pousser un ptit coup d'gueule (ça faisait longtemps) ..


N'ayez pas peur du chômeur, il n'est pas contagieux.


Juste "légèrement" inquiet pour son avenir.


"Légèrement" limité dans ses déplacements et sorties, fautes de moyens.


Alors, si vous ne comprenez pas qu'il vous refuse toutes les invitations que vous lui lancez (pour aller au restaurant, en boîte, à la mer, à la campagne, à la montagne, en vacances (même "pour pas cher"), alors donc si vous ne comprenez pas l'essence même de ces refus, alors qu'il vous l'explique, c'est que vous ne l'écoutez pas, ne le voyez pas et/ou ne l'entendez pas.


Et ça, c'est terriblement blessant.


Hélas, ces refus mènent le plus souvent à l'exclusion sociale.


"On en a marre d'inviter Trucmuche, elle vient jamais à rien, maintenant c'est fini, je ne lui demande plus rien, merde."


Certains le font dans le but "de ne pas remuer le couteau dans la plaie".


D'autres parce que tout simplement ça les emmerde qu'on refuse leurs invitations, alors ils préfèrent rester "entre gens qui disent oui" (sic).


" Je ne l'invite plus, nous on n'est jamais invités".


Le chômeur ne PEUT PAS vous inviter chez lui comme il voudrait, parce qu'il COMPTE le nombre d'euros qu'il lui restera à la fin du mois, s'il lui en reste, pour manger (ou faire manger ses enfants, lui il fera bien sans)/se loger/se chauffer/payer ses factures pour conserver un minumum de "confort".


Non le chômeur ne va pas au village de Noël, au Village Gaulois, aux fêtes de Wallonie, au Francofolies, au cinéma, au bal aux lampions, à l'anniversaire ou au mariage de machin chouette qui habite à perpète.


Ca grèverait son budget.

Il devrait expliquer à son fils/sa fille/ses enfants que "Tu sais, mon chou, cette semaine, je n'ai rien dans les armoires, rien au congélo, rien dans le frigo parce que je suis allée au village de Noël, au Village Gaulois, aux fêtes de Wallonie, au Francofolies, au cinéma, au bal aux lampions, à l'anniversaire ou au mariage de machin chouette qui habite à perpète."


Demain, tu comprendras peut-être mieux que tout ce dont on a besoin, en dehors d'un travail, c'est de sentir qu'on est toujours pareils à tes yeux que quand on avait un salaire/un couple/une maison/deux voitures/un jardin/des vacances au soleil trois fois par an.


Tous les chômeurs ne sont pas des profiteurs. Ceux que je connais, ce sont des gens qui se sont retrouvés malgré eux de l'autre côté, du mauvais.... Ceux que je connais CHERCHENT du travail... et sont presqu'heureux quand on leur répond négativement. Car au moins on leur répond.

Je parle ici des chômeurs de plus de cinquante ans. Je ne dis pas que pour les autres c'est moins facile. Je ne sais pas. Je n'en connais pas.


Demain, c'est peut-être toi qui seras à sa/notre/ma place.


Et tu seras peut-être heureux(se) de ne pas pouvoir partager avec moi autre chose que ces quelques lignes.


Je ne relirai pas ces lignes. Je vais juste les poster avant de changer d'avis.
Parce que figure toi, que ça agace certaines personnes qui en ont marre de lire "tes lamentations"
Alors que, dans le fond, je ne suis pas en train de me lamenter du tout.

Juste en train de tenter d'expliquer qu'il ne sert à rien d'insister, c'est pas qu'on veut se faire prier, c'est qu'on ne PEUT pas.