Rosa est un personnage haut en couleurs.

Rosa arrive dans ma chambre d'hôpital, installe ses brolles, tient à la main une bouteille de vernis bleu pailleté et est toute en rondeurs, du haut de ses 59 ans.  

A peine arrivée, elle se précipite sur le balcon pour fumer.

Elle vient pourtant de dire à quelqu'un au téléphone qu'elle était venue aux urgences car elle se sentait mal, et qu'en effet, ils lui ont découvert des métastases aux poumons.


Rosa s'en fout.  Elle fume, avec sa copine. 
Et Rosa parle. Beaucoup. Tout le temps. Rosa ne respire pas entre ses phrases.

C'est ainsi qu'elle peut dire, d'une traite, avec son savoureux accent italien qui notamment roule les R, : " Je pou t'accoucher, et tou faiRRRRRe des tRRRous dans ton oRRReille, je suis forte, perche moi comme tou me vois, mon maRRRRi est moRRRRT d'oune canceRRR il était alcoolique, tu seï bellissima, on dirait une poupée BARRRRbie, aloRRRa ma fille c'est dix ans de maRRRRiage, oune an dé bonheuRRR et neuf ans de larmes, Dio è grande je suis guéRRRRie de mon foie, j'avais oune cancerRRRR et c'est fini , et moi je suis évangéliste, et les piscicologues je ne vou pas de ça, je RRRRemets ma vie dans les mains de Dieu, amène moi oun' Esspresssssso bella mia, madame, vos chevoux on diRRRait une coloRRRa ma moi dje vois bien chè no, madame, je vais pRRRRier pour vous, que Djézou y l'est dans votRRRe coeurRRR , fais moi le veRRRNis aux pieds" Et là voilà qui entame une chanson qu'elle seule connaît....

Moi je demande grâce et un Dafalgan. Elle m'a collé une migraine, Rosa.

Quand je reviens de l'intervention, Rosa va mal. Elle fait une réaction à sa chimio. Sa température est à 28... les médecins, assistants, infirmières sont tous autour d'elle. Ils font remonter sa température, et lui donnent un antidote.

Rosa ne s'arrêtera pas de parler pour la cause. Elle a eu peuRRR, elle voyait tous ces gens autour d'elle, comme dans Grey's Anatomy qu'elle regarde avec sa fille me dit-elle.

Rosa dira plusieurs fois j'ai peur. Rosa aura des larmes. Rosa dira cent fois qu'elle se battra contre la maladie et que Dieu lui montrera le chemin.

Rosa me remercie de me soucier d'elle parce que je lui ai dit (égoïstement) " essayez de vous reposer maintenant..." elle me dit que j'ai un grand coeuRRR qu'elle l'a vou et que Djézou il va tRRRRouver de la place pour s'y mettRRRE" et elle parle, elle parle,... " et si tou sais pas comment tou dois agiRRR, demandé à Djézou"


Elle répète, inlassablement qu'elle a pris de la morphine (Valtran exactement) pour ses douleurs, et du Dafalgan aussi, et elle parle de son mari, de sa fille battue, de son cancer, du bien qu'elle fait autour d'elle, elle parle, elle parle....

Après m'avoir bien agacée, Rosa me touchera en me disant qu'elle va prier pour moi... et qu'elle me demandera comment elle va savoir mes résultats....

Je lui ai dit que si on ne se revoyait pas c'est que c'était bon signe. Certes j'ai été maladroite. Certes je n'ai pensé qu'à moi, alors que Rosa, elle, priait pour moi.

Pourquoi ces gens qui m'énervent me touchent toujours autant après ?

Mystère... Dio è grande.