Je me rends ce matin dans ce qu'ils appellent une antenne (de la fameuse insititution dont je tairai le nom, qui contrôle accompagne, aide, et engue... accueille les spcdc * que nous sommes.

En tant que spcdc depuis 4 ans, j'ai droit à un passeport Blablabla qui va donner à un potentiel téméraire employeur la possiblilité de fortement réduire ses charges patronales pendant de longs très longs mois, s'il a la bonté de m'engager.

Je me rends donc à l'antenne ce matin il est 8h15.  Ah zut, les portes ouvrent à 8h30.  Une employée arrive à 8h28, ouvre la porte, et nous la referme au nez.  Dois je te dire de mettre le nez dehors pour voir qu'il fait - 5° ? Non hein? Me semblait bien? Et j'attends.

8h30 les portes s'ouvrent....

Deux employées sont en train d'essayer des fringues de seconde main.... ok, c'est cool, z'ont l'air de bien s'entendre entre collègues...
Et j'attends.

La préposée à l'accueil est prête à accueillir ma demande, à savoir un formulaire qu'elle va envoyer (dans ma tête par mail, dans la sienne pas du tout) à la maison merde (oh ? j'ai pas dit merde ? si ? pardon)  à la maison mère donc... Ce qui va prendre un jour.

 Le temps qu'ils traitent la demande et m'envoient le fameux passeport, cela va prendre (...elle regarde vers la droite ce qui en langage non verbal voudrait dire qu'elle fabule, non ? ) .. au moins ...AU MOINS répte-t-elle des fois que mes oreilles de vieille spcdc n'auraient pas été car washées ce matin, .. une semaine.

Et tu sais quoi ? Je reste zen.  Je lui dis.. Ok, si je vais directement à la maison mère, je l'ai directement non ?

- Oui.  C'est mieux hein ?
- Oui c'est mieux hein.

Me voici donc dans les embouteillages pour me rendre à la maison mère.  Je te passe ces détails sans importance qui me font perdre 35 minutes, mais je suis une spcdc, j'ai que ça à faire, j'ai le temps.

J'arrive ...  A l'acceuil, les deux cerbères increvables (j'ai l'impression qu'ils sont là, derrière leur pupitre, depuis la création du monde).

Le cerbère sans moustache (enfin presque) est au téléphone " Oui hein, faut aller rechercher la petite à 17 H...."
Et j'attends.  " Et puis, il faut passer au Delhaize pour aller acheter du café sinon tu n'en auras plus pour demain matin hein chou"

Elle me regarde... Et j'attends  " Oh dis, au fait, merci sais tu pour la potée.  Je la mangerai ce midi"....Et j'attends.  " Oui hein j'ai un micro ondes, oh ben sinon je pourrais la manger froide" Et j'attends.... "Bon te laisse, j'ai du travail" (t'en as de la chance)

Elle me guide donc au millième étage et j'attends patiemment mon tour... Ils sont 10 dans le bureau, nous sommes 4 dans la file d'attente.  

"T'as vu les photos de vacances de Gérard ?  Il s'emmerde pas lui... Il a fait une croisière dans les caraïbes, dis !" la spcdc que je suis est en train, malheureuse toi, de calculer qu'une telle croisière coûte au bas mot 6 mois de son revenu de remplacement de salaire. Et j'attends.

Et puis on entend " Les deux personnes suivaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaantttttt" "

Et j'attends. Mon tour.

 

2

Je lance un grand bonjour agrémenté d'un grand sourire (si je te jure que c'est vrai), elle me demande ma carte d'identité que bien sûr je ne trouve pas, mais elle me dit si vous connaissez votre numéro national c'est bon, je lui donne et ajoute même mon numéro de spcdc mais elle reste insensible à mon numéro de chien savant.

Elle m'imprime mon document, me fait signer un autre...Et j'attends.

Une explication... qui ne vient pas.

Alors je la lui demande... Et j'attends... Elle me regarde comme si j'étais E.T. avec des cheveux blancs et des lunettes.

"Le nombre de points se trouve où ?" lui dis-je donc, aimable mais sans le sourire que je viens de perdre.

"Ben là".  Elle a accompagné cela d'un geste vague (c'est une feuille A4, chérie, y a de la marge et plein de chiffres différents) 

Je redemande et j'ajoute "oui mais excusez moi, je ne comprends pas bien comment l'employeur va savoir le nombre de points ...."

"Z'ont l'habitude"

Et j'attends.. Et j'ajoute :

"Oui, ok, je vous crois, mais moi, si on me le demande par téléphone... je ne sais pas quoi répondre.. D'où ma question encore une fois... j'ai combien de points ?"

"Ils sont calculés en fonction de votre niveau d'études (et là coup d'oeil sur ma feuille, moue de mépris) et aussi du nombre d'années de chômage (là elle met la main à hauteur de son front) et là, vous êtes au maximum...."

J'ai envie de pleurer/déchirer mon passeport/lui faire bouffer/la gifler/lui enfoncer mes poings dans la bouche en lui demandant si elle sait me dire où sont mes poings..

Mais non.  Je ne suis pas violente.  J'ai juste dit "ok merci au revoir" parce que (et là maman, des fois, je te jure que c'est lourd à porter) je suis et reste quelqu'un de bien élevé (ok, jusqu'à un certain point)

Je reprends l'ascenceur, je redescends... et c'est au tour de l'autre cerbère de nous faire part de sa vie privée " oui hein j'ai été couper au bois tout le week end, ouf ti, j'avais mal MON dos après  ( ... ) Non hein  pas ce week end ci, faisait trop froid, l'autttt....(...) 

Devant lui, deux personnes...et elles attendent.

 

 

*sale(s) petit(e)s con(ne)s de chômeur(se)s -  copyright Facebook