La délation.

C'est presque devenu un sport sur les réseaux sociaux; Je ne parlerai que de FB vu que je n'ai jamais su utiliser Twitter (lapidez moi à coups de disquettes 3,5 pouces).


Cadeau pour les jeunes :

 

disquette


Bon, par exemple, avant... t'allais au restaurant et il y avait un cheveu dans la soupe.


Si ça se trouve, c'est elle qui est passée dire bonjour au cuistot, cinq minutes plus tôt :

 

sia


Soit. Un cheveu dans la soupe...Tu faisais quoi, avant Internet ?

Soit tu avais un soupçon d'éducation et tu appellais discrètement le serveur pour lui signaler, il se confondait en excuse, allait trouver le chef, qui venait te trouver pour s'excuser et insistait pour t'offrir la gratuité du repas.


Dans le meilleur des cas, et juste à la frontière de Bisounoursland.


Au pire tu gueulais un coup.

arnold

 

et tu sortais sans payer.

 


Maintenant, en moins de trois minutes (Merci Iphone, Merci la 4G, et tout ce que je ne citerai pas car je suis une buse niveau technologie moderne) en moins de trois minutes donc, 17K personnes aiment que tu montres la photo du cheveu dans la soupe, menacent de venir casser la vitrine du resto avec des battes de base ball et si ça suffit pas on lui coupera les nouilles.

Remplace juste la première lettre.


Ledit restaurateur, pendant que tu as envoyé ta photo à la moitié du pays qui s'est empressée de la retwitter, reposter, resnapchater, reflcikriser, re- instragramiser, ben lui il est aux fourneaux, il sue pour continuer à servir des clients qui n'ont pas d'Iphone (non j'déconne, ça n'existe pas - à part moi).

 

Et il a tout le pays sur le dos. Même les pays frontaliers. Voire les autres continents.

 

Donc, soit, il est toujours au fourneaux lui pendant ce temps là....et ...Il ne sait donc pas se défendre.
Si ça se trouve, c'est toi qui l'as mis ce cheveu dans ta soupe, pour déconner.
Parce que t'es un peu con sur les bords.

honte


Je ne dis pas que je suis irréprochable... Je ne dis pas que je ne l'ai jamais fait. Mais en y réfléchissant bien, je ne l'ai jamais fait.... Je préfère aller m'expliquer en face à face. Et ne pas mêler mes 217 amis (rho oui la lose hein, toi t'en as 3547) (sérieux, tu les connais tous en vrai ?) à l'histoire.   


Enfin voilà.


Je suis accro à Facebook, c'est un fait avéré et facilement vérifiable (sauf que je ne mens pas, donc pas besoin de vérifier) mais des fois, ces comportements là, ça m'use, ça me fatigue, ça me bourre le mou, ça me jointe l'encolure, ça me fait pisser du vin bouchonné.


Et merci de ne pas trop partager.
Ma réputation d'altruiste pourrait en être altérée.